Le programme national de lutte contre le paludisme fait le bilan
 Le Ministère de la Santé à travers le programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) a organisé un atelier de restitution des études sur la campagne de la chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) et le bilan de la campagne 2018. L’atelier s’est tenu les 19 et 20 décembre 2018 à Ouagadougou, sous la présidence du Ministre de la santé représenté par son secrétaire général, Dr Robert Karama. Depuis 2014, le Burkina Faso a adopté la Chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS) comme stratégie majeure de prévention du paludisme chez les enfants de moins de 5 ans. Débutée avec 7 districts, l’intervention s’est étendue à 65 districts en 2018. Le programme national de lutte contre le paludisme a organisé cet atelier en vue de partager les bonnes pratiques ainsi que les leçons apprises. Cet atelier a été l’occasion pour faire le bilan de la campagne 2018. Cette initiative vise à améliorer la mise en œuvre de la campagne CPS. Durant deux jours, les acteurs du domaine se sont penché spécifiquement sur les résultats des études menées sur la CPS en 2018, sur les expériences et bonnes pratiques (IRSS, MC, PNLP, SERSAP), sur le bilan global de la mise en œuvre de la CPS en 2018 et sur la formulation des recommandations pour améliorer la mise en œuvre de la CPS en 2019. Le Secrétaire général du Ministère de la santé, Dr Robert Karama, a fait savoir que pour atteindre la vision du Burkina Faso qui est d’éradiquer le paludisme d’ici à l’horizon 2030, il faut nécessairement une mise en œuvre concomitante de plusieurs stratégies avec un accent particulier sur la prévention et la recherche. « La présente assise est une rencontre de partage d’expériences et de capitalisation des acquis de la CPS. » a-t-il précisé.
 
DCPM/Santé

Agenda de la semaine

Vidéo

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images