Le Syndicat des travailleurs de la Santé Humaine et Animale (SYNTSHA), a entamé le mardi 21 mai 2019 une grève qui sera suivie d’un boycott des gardes et permanences pour exiger la satisfaction de sa plateforme revendicative. Face à cette situation, le Secrétaire Général du Ministère de la Santé, Dr Landaogo S Lionel Wilfrid accompagné de ses collaborateurs, a fait le constat au Centre hospitalier Universitaire Charles de Gaulles et au Centre Hospitalier Universitaire de Bogodogo.

Le ministre de la Santé, Pr Léonie Claudine Lougue/Sorgho, était face aux députés de l’Assemblée nationale ce mardi  21 mai 2019 pour  présenter le projet de loi portant ratification de l’ordonnance n°2018-014/PRES du 21 novembre 2018 portant autorisation de ratification des Accords de dons n°D354-BF et TF A7763-BF, conclu le 21 août 2018 à Ouagadougou entre le Burkina Faso et l’Association Internationale de Développement (IDA) pour le financement du projet de renforcement des services de santé (PRSS).

Les autorités régionales et communales s’organisent avec le Ministère de la Santé pour un service minimum au profit des populations
L’annonce de la grève des syndicats de la santé a amené les autorités des régions des Hauts-Bassins et des Cascades à se concerter régulièrement avec les autorités régionales et centrales du Ministère de la Santé. Cette initiative vise à soulager leurs populations en quête de soins dans les centres de santé. Les concertations sont  conduites par les gouverneurs de régions qui se disent très inquiets et soucieux quant à la particularité de cette grève. Pour pallier cela, le Ministère de la Santé avec l’appui des autorités administratives et communales s’est organisé pour mettre en place des services d’urgence dans les centres de santé.

Dès le premier jour de la grève des agents de santé, le 21 mai 2019, une délégation du ministère de la santé est allée encourager des structures de santé qui travaillent en collaboration avec la direction régionale de la santé (DRS) pour offrir un service minimum aux patients dans la région des Cascades. Il s’agit du Centre de santé Jean Paul 2 et de la Clinique CRISTAL. Au CSPS Jean Paul 2, Sœur Joséphine Barro dit avoir toujours été soutenue en situation de grève par la DRS. Des agents de santé non encore intégrés viennent volontairement en appui à la structure pour faire face aux flux plus important des patients. La maternité est l’unité où l’on dénombre beaucoup plus de patients que d’habitude. Pour les références, l’ambulance du CHR vient en appui. Selon la sœur Joséphine Barro, malgré la légitimité de la grève la souffrance des populations donne à réfléchir. Pour elle, il serait bien de pouvoir négocier sans arrêt de travail. « Si nous sommes agents de santé c’est pour soigner des personnes.

Vidéo

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images