Le comité de pilotage du plan national d’accélération de la planification familiale (PNA-PF) 2017- 2020 a organisé sa première session le lundi 8 avril 2019 à Ouagadougou. Présidée par le Secrétaire général de Ministère de la Santé, Dr Robert Karama, cette rencontre a permis de faire le bilan de des activités des années écoulées.
Au Burkina Faso, en dépit des progrès réalisés ces dernières années, l’utilisation des méthodes contraceptives modernes demeure faible. L’EMDS 2015 indique d’importants besoins non satisfaits en planification familiale, soit environ 19,4% et une utilisation des méthodes de contraception modernes de 22,5%. C’est dans ce cadre qu’un plan national d’accélération de la planification familiale 2017- 2020 a été initié pour capturer le dividende démographique. Après une année de mise en œuvre, le comité de pilotage du PNA-PF a tenu sa première session le lundi 8 avril 2019 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre est de faire le bilan de la mise en œuvre du plan national d’accélération de la planification familiale 2017-2020 au Burkina-Faso. Selon le Secrétaire général du Ministère de la Santé, Dr Robert Karama, pour impacter sur la réduction de la mortalité maternelle et néonatal au Burkina Faso, le Burkina Faso doit atteindre la révolution contraceptive qui avoisinerais les 60%. Pour lui, la planification familiale est reconnue depuis longtemps comme un moyen essentiel pour maintenir la santé et le bien être des femmes et de leur famille. Cette session du comité de pilotage a réuni plusieurs participants dont des acteurs du Ministère de la Santé, des partenaires techniques et financiers, des acteurs de la société civile et des membres d’autres départements ministériels.
DCPM/Santé

Vidéo

Facebook

Pharmacie de garde

pharmacie

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Ouagadougou

Pharmacie de garde 2017 de la ville de Bobo Dioulasso

Galerie images